IEF : Bilan Année 2019-2020

Chers lecteurs,

Cette année a été une année marquée par nos premières fois : première visite de la mairie, première visite de l’inspecteur. Premières lectures… On a débuté l’année avec cette pression de la classe de CP. Etant donné, que avant que l’age de l’instruction obligatoire ne change, la CP a tjrs été vu comme la classe décisive. Celle qui va tout changer, celle où l’IEF n’est plus un jeu. Durant laquelle on peut entendre les remarques des autres : “Mais dis moi tu vas le/la/les mettre à l’ecole, ah oui? ” “Vous êtes sur vous pouvez assumer la CP? “. “Si tu rates cette année, dis toi c’est super grave. ” Alors pendant toutes les vacances précédant la rentrée, c’est avec stress et recherche de la perfection que j’ai préparé la CP de mon fils. Le deuxième était en GS, je ne me suis jamais faite du soucis pour lui. Et vous savez quoi? Je sais aujourd’hui que cela aurait dû concerné les deux. 


Au final c’est un bilan plus que positif que je dresse de cette année. La visite de la mairie s’est extrêmement bien passée, les dames envoyées étaient joviales, professionnelles. Comme j’aime le dire, elles sont venues faire leur travail : poser des questions. J’ai fais le mien : y répondre avec toute la science que j’avais. Bizarrement ça a été la visite qui m’a fait le plus stressée, car c’est celle qui était la plus floue pour moi. Et je n’aime pas ne pas savoir en avance, ce qu’il va se passer. 
Quelques mois plus tard est venue la visite de l’Inspection Académique. C’est LE moment que famille en IEF redoute (ou pas) tant. Et pourtant ce n’était nullement mon cas, je n’ai pas stressée, ni peur. Ce qu’il faut savoir c’est que entre ma convocation et la date de l’inspection il n’y avait même pas un mois. En plus cela allait se passer chez eux mais comme je n’avais aucunes raisons de paniquer, je ne l’ai pas fais.

Mes invocations faites, j’ai placé ma confiance en mon Seigneur et fais ce qu’il fallait faire. J’ai gardé la même mentalité que lors de la visite à la mairie : leur travail est d’inspecter, le nôtre a été d’y être préparé. J’ai prévenu mes enfants 1 semaine avant, je les ai rassuré en leur expliquant bien que ils travaillaient bien donc que ça allait le faire. Il faut savoir une chose, si vous stressez vous risquez de stresser votre/vos enfant(s).

Et non nous n’avons pas préparé la veille, je sais que certaines familles font des évaluations avant. Nous avons juste fait une semaine de révision avant la date butoire. Donc c’est avec beaucoup de confiance que nous nous sommes rendus sur les lieux. Nous en sommes sortis avec sourire et satisfaction. Il ne leur a été demandé seulement ce qu’ils savaient faire. Oui, il y a eu quelques ratés, mais si vous cherchez la perfection arrêtez vous tout de suite. Les questions de mon GS & CP étaient des évaluations de la mi-année, j’ai même eu droit à de superbes conseils à la fin. Dites vous que mon plus grand a du faire une dictée, chose que nous n’avions jamais fait ensemble et il a très bien réussi.

Les enfants sont épatants. Comme Jessie d’objectif IEF a dit, prenez ces visites comme une occasion de vous améliorer. De voir ce que vous faîtes de bien, et ce qui n’est pas top. Mes enfants ont eu droit à un restaurant et deux semaines de vacances, le travail paie toujours. 


En plus de ces histoires super méga intéressantes, je voulais vous partager une liste de ce que cette année m’a appris. Des mots qui je l’espère pourront vous aider, à aborder cette année plus sereinement. 


1) L’organisation est la clé : 

Sur mon blog est disponible tout un article qui explique notre organisation, vous pouvez le consulter ici. Pour résumer : je n’ai jamais été autant organisé que cette année, et je ne peux que demander à mon Seigneur de bénir Jessie pour avoir amélioré notre quotidien d’IEF. Être organisé facilite tellement les choses, on sait quoi faire, où se trouve ce dont on a besoin. N’hésitez pas à avoir des objectifs de début d’année et mettre en place ce qu’il faut pour l’atteindre. 


2)Le stress & le perfectionnisme sont à bannir :

Et respire.

On ne veut pas d’eux. Ils n’ont pas leur place ni dans nos vies, ni dans celle de nos enfants. Il n’y a rien de pire que des parents stressés, qui stressent leurs enfants. Personne ne s’en sort dans ce genre de situation. Et pourquoi vouloir la perfection de nos enfants, quand nous même ne le sommes même pas? N’oublions pas que nous aussi ne savions pas écrire, ni lire. Il a fallu la patience et le savoir faire de nos maîtresses/maîtres pour y arriver. Donc respirons un bon coup et soyons calme au maximum. Je ne dis pas que c’est facile mais que c’est faisable. Les conséquences de ces deux peuvent être très mauvaises, dans tous les aspects de notre vie alors imaginons avec nos enfants ?


3)Le savoir c’est le pouvoir :

Comme toute chose, l’IEF à mes yeux doit se préparer. Elle doit s’apprendre, se comprendre. Ce n’est pas quelque chose qu’on doit faire avec ignorance et zèle. Cette année j’ai beaucoup parcouru des blogs/sites de maîtres & maîtresses. Essayé de lire un peu plus sur la psychologie de l’enfant, son développement selon son âge. Je crois fermement que ça m’a aidé à atténuer la pression que j’ai pu ressentir au début. J’ai suivi la progression proposé par les professionnels au niveau de la lecture et l’écriture. Plus j’en sais sur un sujet, plus sereine je suis. 


4)Mon enfant ne sera jamais le tien :

Mais kelkel raconte celle ci? Et pourtant combien d’entre nous avons cette fâcheuse habitude, de comparer les enfants? L’enfant du voisin qui a 5 ans sait déjà lire, alors que notre enfant de 6 ans a des difficultés. Et alors? Si l’enfant du voisin sait lire tant mieux pour lui, bravo mais il n’est pas notre enfant. Leur cerveau est différent, leur manière de voir les choses, apprendre. Tout. Alors pourquoi vouloir absolument que ils fassent la même chose?

Notre enfant a son rythme qu’il faut respecter. Et au lieu de voir ce qui ne va pas chez le nôtre, pourquoi pas célébrer leur réussite? Il a des difficultés de lecture, mais peut être il écrit super bien? Ou il est trop fort dans la construction, l’art? Petite anecdote : j’ai voulu que mon plus grand sache lire en GS, mais il n’a jamais accroché. C’est à la fin de la GS que il a eu le déclic lecture et a commencé à apprendre la phonologie. Début CP il commençait ses premières lectures. Je suis extrêmement heureuse d’avoir respecté son rythme et ne pas être tombé dans le piège de la comparaison. Je ne veux pas des enfants des autres, j’ai déjà les miens. 


5)Ce qui compte ce n’est pas de travailler plus dur, mais mieux :

Alors comme vous, je pensais que la CP allait être la grosse année du changement, et ben en fait pas tant que ça. Oui il y a la lecture qui entre, l’écriture. Les maths se corsent mais ça n’a pas eu l’impact qu’on nous fait penser que. Je vous mens pas j’ai plus peur de la CM1 que du CP lol. Je n’ai pas abandonné les ateliers ou le informel.

On a pas travaillé des heures et des heures de plus que la GS. Oui la charge de travail est plus longue, mais pas tant que ça. On est allé chez l’inspecteur avec un emploi du temps de 1h/1h30 en travaillant 4 jours par semaine. Mais comme ces heures étaient préparés intelligemment en se focalisant surtout sur leur faiblesses. En respectant leur rythme, par exemple quand ils ne savaient pas faire quelque chose je mettais de côté pour plus tard. Ou j’essayais de leur faire apprendre avec un support différent. C’est ça qui fait la beauté de l’IEF on est là pour les enfants et rien d’autres. 


6)Les manuels ne sont pas si indispensables que ça :

 C’est vraiment au milieu de l’année que j’ai compris cela. Après avoir acheté beaucoup de manuels, que j’étais sûre d’utiliser, je me suis rendue compte que les supports trouves sur internet faisaient bien l’affaire. Certains convenaient même mieux à mes enfants que des manuels, comme le livre de maths de mon plus grand je n’en suis pas fan ! Les maîtresses/maîtres font un travail formidable sur leur blogs, ils proposent des PDF, articles super bien détaillés et utiles.

Ce qui fait la force des manuels c’est d’avoir le travail tout mâché, on a juste à l’ouvrir et faire. Des fois il y en a même certains avec une programmation déjà écrite qu’on peut suivre. Mais le coût de ses manuels peut alourdir le budget IEF. Je réfléchis vraiment à alléger les manuels pour mon CE1 & CP/CE1. D’ailleurs Objectif IEF a écris un article sur une année de CM1 sans manuels & CM2 aussi. 


7) Célébrons nos victoires et apprenons de nos défaites :

Cela va pour tout dans la vie. Mais encore plus quand ça implique des enfants, pour qui nous sommes le modèle absolu. Notre enfant a enfin réussi à écrire cette lettre qui était un calvaire? Il a droit à des applaudissements. Il n’arrive toujours pas à comprendre l’addition? Acceptons la défaite et changeons de méthode ou ce n’est peut être pas le bon moment.

J’ai acheté un livre de français pour mon fils, à chaque fois que il était temps de le faire il faisait la tronche. Un jour il a fait une grosse crise. Dépitée j’ai demandé conseil à une amie, qui m’a dit de tout simplement ne plus le faire. Le livre a été rangé soigneusement et depuis ça va beaucoup beaucoup mieux, je lui ai dis qu’on réessayera l’annee prochaine. Même si c’est décourageant, et qu’on veut vraiment que nos enfants fassent telle ou telle chose il faut accepter quand le plan échoue. Et en concocter un autre, n’oublions pas que certes personne ne connait nos enfants aussi bien que nous, mais il faut savoir les écouter. 


8)Trop de savoir, tue le savoir :

Tiens, tiens, tiens. Voilà un point qui pourrait contredire le numéro 3. Mais là je vous dis non ! Dans le troisième point il était question d’apprendre, de comprendre, se renseigner etc. Pour celui là il est question d’en faire TROP.  Il faut un juste milieu dans toute chose, le fait de trop vouloir en savoir va nous pousser à nous éparpiller. Si nous suivons trop de comptes IEF sur Instagram, visitons trop de sites internet/blogs de professionnels, écoutons trop d’informations ça va être compte productif.

Au début de l’année on s’est préparé notre petit programme après avoir consulter celui de l’Education Nationale. On est prêts, nos pages ont été imprimés, manuels achetés, matériels procurés. Mais un jour en visitant Instagram on voit que telle maman fait tel chose avec son enfant, aucune autre fait ça. Et ça s’enchaîne, chacune faisant quelque chose que nous ne faisond pas, qu’elle est le risque ici? Que on se dise que notre enfant aussi doit le faire, que leur programme a l’air tellement plus complet et alléchant que le nôtre. Donc on se met à acheter les livres qu’elles ont acheté, imprimer les pages qu’elles ont imprimés. Et à aucun moment on se dit que on a déjà ce qu’il faut, que comme elles on a tout préparé, que ça serait plus judicieux d’attendre de voir si notre programme fonctionne avant de tester le leur. Tout cela a un nom : le syndrome de l’objet brillant. Mais comme le dit le dicton tout ce qui brille n’est pas de l’or. Donc la feuille que on a imprimé? Testons la. Les manuels achetés? Utilisons les. Le programme écrit? Suivons le.

On ne pourra jamais savoir si c’est ce qu’il faut à nos enfants avant de l’avoir fait. Si vraiment on voit dans un compte quelque chose de trop bien, notons le pour plus tard. Mais il ne faut pas s’eparpiller, je vous écris ça en connaissance de cause. Cette année aussi ça me l’a fait, mais a un degré moindre car Al hamdou Ii Llah (louange à Allah) j’ai su m’arrêter quand il le fallait. Je ne suis pas beaucoup de comptes IEF sur Instagram d’ailleurs, la seule chose qui m’inspire vraiment c’est les arts visuels. Ça oui, oui, oui fonçons ! Et c’est vraiment quand je suis en panne d’idées ou dans une impasse, que je prend ce qui est fait ici et là (pas sur plusieurs plateformes bien sûr !).


C’est sur ce dernier point que s’achève cet article, il a été plus long que ce que j’avais prévu piouf. Mais moi des que je me lance dans le sujet de l’IEF j’ai du mal à m’arrêter, ça me passionne tellement. J’espère en tout cas que ça vous aidera à préparer votre rentrée, si vous avez des enfants en CP cette année : NO STRESS. Si je peux le faire , tout le monde peut comme dirait ma mère. Et même si ma mère ne l’a pas dit commentez, partagez cet article si vous le trouvez utile. A bientôt !

Avec amour, Arba.

4 comments

  1. Salam aleykoum oukthii ! Je fais ief et je te remercie pour tous tes conseils ! Que Allah nous facilite 😊

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *